Le 20e siècle est un siècle de perdition

Sans remonter jusqu’au déluge, on peut regarder de plus près les idéaux révolutionnaires – je n’ai jamais compris ce mot de « révolution », qui veut dire revenir en arrière, ou d’un point de vue technique, tourner autour et revenir au point de départ – qui nous ont amené la démocratie,  conjuguée sur le mode de la république, devant faire le bonheur des peuples: elle a pris sa source dans le sang de milliers de pauvres gens, et ses laudateurs y ont nagé de longs mois, rasant, pillant, brulant, égorgeant.

Le siècle des Lumières, paraît-il. Les lumières  de l’acier des sabres virevoltant au soleil ? Les lumières tant espérées des noyés de Nantes ? Celles déversées par les massacreurs de Septembre à Paris et ailleurs ? Foutaise! Elle est née dans le sang, elle finira dans le sang. Cette fin du XVIIIe siècle, le stupide XIXe, furent annonciateurs de la décadence de nos mœurs de nos lois et de notre commerce.
Et aujourd’hui,  dans le concert muet des peuples massifiés, à l’heure de l’immigration et de l’islamisation forcées que l’on nous présente à grands coups de slogans où transpirent les arguments d’autorité, il est à craindre qu’un genre de réveil, aussi brutal que celui d’Oslo, ne soit qu’une épure de plus gros bouleversements. A moins que les dirigeants ne nous jouent leur Machiavel de salon une fois de plus, il est fort à parier que, ajouté à une dévaluation de leur monnaie de 20/30%, tous les ressentiments des uns et des autres ne débouchent sur des barricades, voire plus.
On ne trompe pas le peuple éternellement; encore que…
Manifestation le 06 Février 1934
Qu’y a-t-il eu de changé dans le XXe? Rien, sinon que le pire, genre, entre mille autres choses, Stavisky, a remplacé le pas trop mauvais,  sur le plan intérieur. C’est l’héritage de 1789,  qui se nomme démocratie…
Jamais pays ne fut sous la coupe du politiquement correct autant que le nôtre; jamais livre ne fut si parfaitement évocateur du comportement des gens que 1984; jamais justice ne fut aussi complètement aux ordres de quelques officines discrètes, à qui l’on doit par exemple, les lois mémorielles; jamais libertés de la presse et des individus ne furent autant malmenées qu’en notre si beau pays, du moins ce qu’il en reste… Démos, la voix du peuple! Essayez de plaisanter ne serait-ce qu’une seconde sur tel ou tel évènement, tentez la gageure d’égratigner le Talmud ou son pendant, le Coran, osez affirmer que les origines de l’homme ne sont pas en Afrique, mais à des milliers de km… J’ai la nette impression, au travers de divers reportages et  critiques de gens qui y habitent et y travaillent, que la Chine est quasi un havre de libertés.
1789, la démocratie… Construite sur le sang du peuple, elle s’écroule lentement sur le même peuple. Qui ne bouge pas, qui ne bouge plus, très exactement. Tant qu’il y a la télé, les sms et anal+, tout baigne.
En 2010-2011, nous avons DSK CKC , puis Thierry Gaubert* et Nicolas Bazire dans l’affaire Karachi, tous approchant de près ou de loin, mais c’est surement un pur hasard, le peuple élu.

*Thierry Gaubert, frère de Patrick Goldenberg, ancien Président de la Licra, condamné pour diffamation en 2010.

Ce contenu a été publié dans Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *