Le miroir (1)

C’est beau, un miroir, non ? Je ne vous parle pas de son encadrement, doré à l’or fin ou non, ni de son support…

  Je veux parler simplement de cette merveille de la science, millions de grains de sable savamment arrangés par la main de l’homme, où l’on se regarde, où l’on se contemple, où l’on rêve, où l’on doute aussi.On voit tout devant un miroir. Enfin presque tout. Surtout derrière soi. Avec l’avantage de ne pas se retourner.Le passé ressurgit, par bribes, sans logique le plus souvent, mais avec quelle précision!…
En ce moment, je me regarde dans ce miroir… Je suis en 2005, Sept-Oct, la date est assez confuse. Mais, je ne Un miroir modernevois rien d’autre que ma stupide silhouette, empruntée à l’extrême, les yeux fixes, le regard terne, vide… Les souvenirs reviennent peu à peu,se recomposent logiquement et je commence à lui parler; doucement, mes lèvres bougent, je la vois de plus en plus distinctement, elle approche, voilà, elle arrive…
Elle est là.

Mais qui ?

Un petit bout de femme exquis, remplit de fraicheur, de naturel, de spontanéité… (je cherche les qualificatifs, il y en a trop, ou pas assez).
C’est curieux, j’ai la nette impression de la connaître; elle me répond tranquillement, en souriant , sa fine tête auburn légèrement de côté, très légèrement. Nous nous rapprochons, nos bras se tendent…
Et je butte sur ce stupide miroir. La réalité reprend ses droits. Je n’ai pas encore pu le traverser, ni courir, ni chanter, ni aimer , ni rien …
Je vais le casser, je dois le casser , çà me ruine trop…
Demain… ou après…

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *