Le sac du Palais d'Eté de Pékin

Récit d’une des plus grandes catastrophes culturelles de l’humanité, que les Chinois ont encore cruellement en mémoire. Le Sac du Palais d’Eté est le premier ouvrage en français écrit sur ce triste épisode de notre histoire et de celle de l’Angleterre du XIXe siècle.

Bernard Brizay, journaliste et historien, auteur d’une monographie sur le sujet, publiée aux Editions du Rocher, revient sur cet événement irréparable qui marqua profondément l’histoire de la Chine et de ses relations avec le monde occidental.

Les 7 et 8 octobre 1860, le fabuleux Palais d’Eté de Pékin, le Versailles chinois, est pillé par les Français et les Anglais, au terme d’une expédition militaire destinée à ouvrir la Chine au commerce occidental… et surtout à l’opium que les Anglais produisent aux Indes ! Dix jours plus tard, sur ordre de Lord Elgin, il est incendié en représailles aux tortures et à la mort de prisonniers, otages des Chinois. Pour la Chine – et pour le patrimoine de l’Humanité -, la perte est immense, incalculable, irréparable. Le Palais d’Eté, le Yuanming yuan (qu’il ne faut pas confondre avec l’actuel Palais d’Eté de Pékin) était une des merveilles du monde. Il abritait en outre une extraordinaire collection d’œuvres d’art, amassée sur cent cinquante ans, et une inestimable bibliothèque. Tout fut pillé ou brûlé. A titre de comparaison, c’est comme si Versailles, Le Louvre et la Bibliothèque nationale avaient disparu.

Merci à Canal Académie, en lien, pour cette écoute.

Bernard Brizay, Le sac du palais d’été, éditions du Rocher, 2003

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *