Voter, ou pas voter ?

Quels  critères pour soutenir tel(le) ou tel(le) candidat(e) ?

Un Clemenceau votait pour le plus con, et Dieu sait qu’il s’y connaissait. D’autres conseillent le vote utile, sans trop préciser ce qu’il signifie, sinon à voter pour son propre clan.

Il me semble qu’un aspect essentiel pour que la France puisse toujours s’appeler ainsi réside dans ses constituants les plus impérissables, où prime d’abord la famille.

Sinon, entre la faillite politico-économique de Sarkozÿ, les lendemains qui vont rechanter avec Hollande – tout en sachant que l’un est l’avers et l’autre le revers d’une même pièce, la résurgence du bonheur des peuples devant passer si nécessaire par les sovkhozes et les goulag chers à Meluche, copain du premier, les autres prétendants à la location quinquennale du Palais dont on se demande par quel miracle ils sont là, et le Pen pour qui la dé-diabolisation de son parti en obstrue quelque peu  les véritables revendications, le choix est assez simple: si le père a échoué, la fille peut très bien réussir et donc Marine est la personne qui doit recueillir la majorité des suffrages et s’asseoir dans le Fauteuil Élyséen.

Il existe aussi une autre possibilité: l’abstention, significative d’un refus de jouer à un jeu pipé dès le départ. Certains même vont plus loin en ne s’inscrivant plus sur les listes électorales, tant est grande cette cassure, ce fossé, ce gouffre séparant le peuple de ses élus.

Que faut-il faire, alors, pêcher la truite, traquer les rats, tuer le cochon ?

L’avenir de la maison France est hors système, ce qui force à dire: « élections, pièges à cons.»

Un petit salut à un grand charmeur:VERLAINE

BUSTE POUR MAIRIES
Mariane est très vieille et court sur ses cent ans
Et comme dans sa fleur ce fut une gaillarde,
Buvant, aimant, moulue aux nuits de corps de garde,
La voici radoteuse, au poil rare, et sans dents.
La bonne fille, après ce siècle d’accidents,
A déchu dans l’horreur d’une immonde vieillarde
Qui veut qu’on l’a reluque et non qu’on la regarde,
Lasse, hélas ! d’hommes, mais prête comme au bon temps.
Juvénal y perdrait son latin, Saint-Lazare
Son appareil sans pair et son personnel rare,
A guérir l’hystérique égorgeuse des Rois.
Elle a tout, rogne, teigne… et le reste, et la gale !
Qu’on la pende pour voir un peu dinguer en croix
Sa vie horizontale et sa mort verticale !

 

INVESTIVES

 

« PUERO DEBETUR REVERENTIA »
Moi, si j’avais vingt fils, ils auraient vingt chevaux
Et fuiraient au galop le Pédant et l’École,
Infâmes pour lesquels cette gueuse raccole
En ce pays conquis tous les petits cerveaux.
La Truande ! qui veut pour ses sales travaux,
Blasphème, puis péché, séduire, comme on vole,
L’enfant, le mien, le vôtre, ô la sinistre folle !
L’enfant, tout votre orgueil et tout ce que je vaux !
Et si j’avais cent fils, ils auraient cent chevaux
Pour vite déserter le Sergent et l’Armée
Que ces brigands nous ont créée, et ces drapeaux
Les faquins ! qui mettraient la France, notre aimée,
Aux mains du plus offrant, après en avoir fait
La chose impure, faible et sale que l’on sait

 

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Voter, ou pas voter ?

  1. Chris dit :

    La dernière phrase de Verlaine est criante d’ actualité …impure , faible et sale ….
    Et je ne vois qu’une femme pour bien faire le ménage …

    • blh dit :

      D’après certains, les intentions de vote de celle-ci dépasseraient largement les 25%; mais il est indubitable que les dès sont jetés.
      ===
      Pour sourire, si besoin était, un brillant Luccini:

  2. Magicqueen dit :

    La pierre angulaire du débat, c’est savoir si on croit (ou pas) ou plus en la démocratie ..
    Pour mon cas, je dis ne pas voter et au dernier moment.. sachant que ça ne servira à rien; ce que je passe 5 ans à me redémontrer quevoter ne sert à rien jusqu’à la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *