Les voyages normaux du Président Normal

A peine élu, notre élégant souverain est allé dire bonjour à Mister Obama.

Une telle rapidité démontre, si besoin était, dans quel degré de soumission est notre triste République. Reçu donc très gentiment par le Chef du Bureau Ovale, après quelques discours parfaitement stéréotypés et déjà un faux pas dans sa présentation, le voici en avion tout neuf, le premier ayant subi la colère de Zeus, pour aller se blottir bien au chaud sur la poitrine de Dame Merkel. Qui, après quelques menus entretiens, l’a proprement envoyé promener. Récemment, ce fut M. Poutine reçu à l’Elysée qui lui aussi, à fait état d’un niet caractérisé concernant la Syrie. On ne peut pas dire que l’homme du 6 Juin ait grande faveur chez les grands de ce monde.
Quand est-il de la Chine ?

Ayant, avant même que d’être élu, affirmé que les Chinois, c’était que des menteurs, puis ayant nommé le repris de justice Ayrault – malgré toutes les combines de la justice – au poste de premier ministre, celui-ci parfait héraut roi d’armes des exilés tibétains, enfin, le M. Sang Contaminé n’ayant pas été reçu par des officiels chinois selon son rang -lequel ? –  il semble peu probable qu’une rencontre France-Chine soit à l’ordre du jour, peut-être au G20 ou fin Octobre, d’autant plus qu’un remaniement ministériel est en place à Pékin.
On sait que le 9 mai 2012, le Premier Ministre du Conseil des Affaires d’Etat Wen Jiabao a rencontré l’ancien Premier Ministre canadien Jean Chrétien, l’ancien Premier ministre japonais Yasuo Fukuda, le Ministre émérite singapourien Goh Chok Tong, l’ancien Premier ministre malaisien Abdullah Haji Ahmad Badawi, l’ancien Premier ministre irlandais Bertie Ahern et l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt, venus participer à la 30e réunion annuelle du Conseil InterAction à Tianjin; mais pas d’anciens premiers Français. Salauds de Chinois.
Un signe existe dans cette absence diplomatique, qui voit dans la nomination de M. Paul Jean-Ortiz, parfait connaisseur de la culture chinoise et possédant le Mandarin, une occasion de discuter sérieusement de certains problèmes. De même, Bruno Golnich, marié à une Japonaise dont il est diplômé de la langue, ainsi que du Maltais, aurait très bien pu faire valoir les intérêts de la France au pays des sakuras.
Économiquement, il est bon de rappeler que la France est un acteur de second plan, face à l’Allemagne par exemple. D’autre part, l’appréciation du Yuan, + 20%, face à l’Euro aurait pu laisser croire que la Chine allait se diriger plus avant vers l’Europe économique, les produits à l’export de l’EU étant plus rentables. Mais à l’import, c’est tout le contraire et la Chine, devenue une nation avec laquelle il est impossible de ne pas échanger vendra ses produits plus chers tout en étant toujours compétitifs. Les hausses de prix interviendront en Europe, répercutées évidemment au premier chef chez les consommateurs.
Et donc, la crise, loin d’être résorbée par diverses entourloupes de ces messieurs des grandes banques, ira s’amplifiant jusqu’à un certain plafond dont peu imagine la hauteur.
Alors, le Président Normal devrait se poser certaines questions d’ordre purement national, genre pouvoir d’achat par exemple, au lieu de cirer les bottes des atlantistes-fauteurs de guerre.

Des bonnes feuilles à lire ici.

Ce contenu a été publié dans Economie, Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les voyages normaux du Président Normal

  1. LHDDT 佐罗 dit :

    « allé dire bonjour  » je dirais : prêter allégeance, comme il ira mettre son petit papier dans une fiante du Mur d’Allah Lamentation, la kippah vissée, il ira ensuite se repentir à Yodde Vachem (ou un truc comme ça)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *