Haro sur le Japon

Fukushima a été un « désastre créé par l’homme »

L’accident nucléaire de Fukushima a été « un désastre créé par l’homme » et non pas simplement provoqué par le séisme et le tsunami géant survenus le 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon, a conclu jeudi une commission d’enquête mandatée par le Parlement.

« L’accident (..) est le résultat d’une collusion entre le gouvernement, les agences de régulation et l’opérateur Tepco, et d’un manque de gouvernance de ces mêmes instances », a-t-elle expliqué dans son rapport final. « Ils ont trahi le droit de la nation à être protégée des accidents nucléaires. C’est pourquoi nous sommes parvenus à la conclusion que l’accident a été clairement créé par l’homme », poursuit le document long de 641 pages. « Nous pensons que les causes fondamentales sont les systèmes d’organisation et de régulation qui se sont basés sur des logiques erronées dans leurs décisions et leurs actions, et non pas un problème de compétence d’un individu en particulier. »

« La direction de Tepco était consciente des retards dans les travaux antisismiques »

L’accident de Fukushima, le plus grave depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, a eu lieu juste après un séisme de magnitude 9 dans la région du Tohoku (nord-est) qui a déclenché un tsunami sur tout le littoral.       Une vague de près 15 mètres de haut avait déferlé sur le site de la centrale Fukushima Daiichi, gérée par la compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco), noyant les systèmes de refroidissement des réacteurs et les générateurs de secours situés en sous-sol. « La direction de Tepco était consciente des retards dans les travaux antisismiques et des mesures contre les tsunami et savait que Fukushima Daiichi était vulnérable », a souligné la commission.

La puissance du séisme ? « Une excuse pour échapper à ses responsabilités »

Il s’agit de la troisième enquête menée sur cette catastrophe. Un précédent rapport, mandaté par Tepco, avait disculpé la puissante compagnie d’électricité de toute responsabilité, en affirmant que la puissance du séisme et l’ampleur du tsunami dépassaient toutes les prévisions et ne pouvaient pas être raisonnablement envisagées. « Cela ressemble à une excuse pour échapper à ses responsabilités », a répliqué la commission.

D’après RtlInfo.be

===

Évidemment, c’est tellement facile d’accuser les autres APRES et de vouer aux gémonies les responsables de tout bord quand on a le cul sur une chaise. Et toujours dans ce genre de catastrophes, ce sont les humains les seuls coupables: y zaurait dû faire ceci, y zaurait dû faire cela, etc. les spécialistes auto-proclamés nous la baillent belle avec leurs affirmations toutes faites ne reposant sur pas grand chose: j’aurais bien voulu les voir, moi, ces supermans recevant sur la tronche des vagues de 15 m de hauteur, protections ou non.

Le pire, pas un mot sur les véritables constructeurs de Fukushima, les américains, au tout début, pour la moitié des centrales. auxquels les japonais ne pouvaient pas répliquer quoique ce soit, étant encore et toujours sous la « protection » Us.

Petit rappel:

« … La firme américaine General Electric (GE) qui, dans les années 60-70, ne prit guère soin de prévoir le pire ou de former ses clients japonais à l’anticiper. Mashashi Goto, animateur de ce « réseau des citoyens contre le nucléaire », se souvient des débuts de Fukushima, première centrale du pays et pilier, à l’époque, de la recherche effrénée de l’indépendance énergétique sur fond de crise pétrolière annoncée. « Nous n’avons presque pas contesté les plans de General Electric. Nous avons importé une technologie qui n’était pas conçue pour notre géographie particulière et les menaces qui vont avec. » … »

Ce contenu a été publié dans Economie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *