Les nouveaux dieux du nouveau stade

« …Il y a une nymphe, une femme, jeune et charmante, emprisonnée dans le laurier, surtout dans les lauriers d’Athènes.
Daphné que poursuivait Apollon Loxias
Aux diadèmes d’or… »

 

C’est ainsi que le jeune Maurras, frais journaliste envoyé à Athènes par  Gustave Janicot, le directeur de La Gazette de France, journal fondé le 30 mai 1631 par Théophraste Renaudot,  afin de rendre compte des premières olympiades recréées par M. Pierre de Coubertin, en 1896, faisait part de quelques unes de ses émotions ressenties au contact de ce multiculturalisme sportif peu apprécié.

« …Lauriers que le roi mêlait judicieusement aux rameaux d’olivier et destinés aux vainqueurs de chaque épreuve… »

Ces cinq lettres d’amour de la pensée helléniste sont à lire, à relire, tant le fond tranche avec nos modernes descriptions, où tout est soigneusement trié, catalogué et expédié, lettres qui montrent à l’envie l’indépendance de ses réflexions lui qui, dès le début très peu favorable à ces rencontres internationales, opposant l’Antique au Moderne,  modère ses réactions au contact des sportifs et en favorisera les futurs événements.

« Une conversion », dira l’auteur.

Du journalisme hélas disparu depuis, remplacé par des copiés-collés dont les contenus viennent de deux ou trois centres de distributions biens centralisés.

Une feuille méconnue nous précise que ces jeux modernes ont laissé place sinon au sport, et dans quelles conditions, du moins à une course particulière à un petit morceau de papier où sont dessinés de drôles de truc, ainsi que ce symbole $ . C’est affolant, c’est décapant, de l’eau régale.

Maurras et Coubertin feraient certainement une triste mine aujourd’hui, voyant que l’archant avait détrôné le surpassement de soi.

Courrez, je ferai le reste!

« …Pour défendre ses marques et ses droits d’auteur, mais aussi être en mesure de garantir de réelles exclusivités à ses généreux sponsors comme Coca-Cola, Mac Donald’s, Adidas, BP Oil ou Samsung, le CIO a obtenu du Parlement anglais le vote en 2006 d’un Olympics Game Act, qui lui confère des pouvoirs exorbitants. L’Olympics Delivery Authority dispose ainsi d’une armada de 280 agents pour faire appliquer la réglementation en matière de commerce autour des 28 sites où se dérouleront les épreuves et le LOCOG (London Organizing Committee) dispose de son côté d’une escouade de protection des marques, qui arpentera les rues de Londres revêtue de casquettes violettes pour s’assurer du respect de l’Olympics Brand Policy. Ils auront le pouvoir d’entrer dans les commerces, mais aussi dans les “locaux privés”, et de saisir la justice par le biais de procédures d’exception accélérées pour faire appliquer des amendes allant jusqu’à 31 000 livres… »

Contre les terroristes. ( merci à Cracked.com)

Bâtiment de guerre en tamise/Londres

Encré dans la tamise, à Londres.

Mitrailleuses sur un toit à côté de l'oriflamme olympique.

Faut tenir les hauteurs, toujours !

Quelques liens:

pour les lettres de Ch Maurras, ici et
pour les droits d’auteurs, c’est par là.

 

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Les nouveaux dieux du nouveau stade

  1. LHDDT 佐罗 dit :

    Encore de la lecture pour le mois d’août, mais qui souhaitais roupiller dans mon hamac.

  2. Chris dit :

    Quand je vous dis qu’on est en guerre !!!…la 3 ème ….et personne me croit !…comme la pucelle d’ Orléans ….

    • blh dit :

      Dans mon journal local, il y a un très bon billet la-dessus, qui a surement la même source. Même Kate Middleton s’est faite remonter les bretelles 🙂

  3. LG dit :

    rien de spécial, tout marche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *