La haine, une affaire qui rapporte

A dégueuler tous les jours de la semaine.

Un certain crachoteur de micro s’est investi dans la sphère du patriotisme…anti-français.

La haute teneur intellectuelle des paroles alliée au morceau de bravoure de l’escaladeur de statue n’ont d’égales que la pauvreté du langage s’accommodant fort bien aux modes du moment.

Devant ce genre de conneries, cette reptation illusoire que la vipère cornue n’oserait même pas entreprendre, cette abjection faite homme qui sidère les hommes, on se plait à penser que, décidément, il faudra bien qu’un jour, il faille graisser et ressortir le rasoir national.

Voici la réaction de deux personnes qui, si l’on ne peut être entièrement d’accord avec tout le fond qu’elles expriment, n’en demeure pas moins un témoignage des plus émouvants et des plus réels.

Extrait.

« Lettre ouverte à
monsieur
Raphaël Haroche

Par Myriam Picard

Vous vous êtes permis récemment de commettre une chanson, « Le patriote ». Le message que vous y donnez est clair : vous méprisez la France, vous méprisez les Français. En voici quelques extraits éloquents :

Si j’étais moins intelligent
Si j’avais pas ma carte de lâche

Je leurs foutrais mon pied dans les dents

Je leurs faciliterais pas la tâche

En première page des magazines

Ils sont partout dégueulant

Leur réformes et leur grippe porcine

Le bon peuple et son président.

Il faut chanter la Marseillaise

Et avé’ la main sur le cœur

Moi je la siffle avec les Beurs

Prie pour qu’au foot on soit de la baise

L’ordre moral est bien partout

La démago de gauche à droite

J’aime mieux attendre qu’ils soient bien saouls

Avant de me battre.

Pour mettre en valeur ces paroles hautement patriotiques, vous avez organisé une lamentable mise en scène, en enfourchant la statue de Jeanne d’Arc (place des Pyramides) et en chuchotant, à l’oreille de ce symbole de la France, combien vous méprisiez ce pays.

La suite:

 

 

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La haine, une affaire qui rapporte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *