Les droits de l'homme en islam.

Je suis Romain, je suis humain.

« Je suis Romain, parce que Rome, dès le consul Marius et le divin Jules jusqu’à Théodose, ébaucha la première configuration de ma France. Je suis Romain, parce que Rome, la Rome des prêtres et des papes, a donné la solidarité éternelle du sentiment, des mœurs, de la langue, du culte, à l’œuvre politique des généraux, des administrateurs et des juges romains. Je suis Romain, parce que, si mes pères n’avaient pas été Romains comme je le suis, la première invasion barbare, entre le Vème et le Xème siècle, aurait fait aujourd’hui de moi une espèce d’Allemand ou de Norvégien. Je suis Romain, parce que, n’était ma romanité tutélaire, la seconde invasion barbare, celle du XVIème siècle, l’invasion protestante, aurait tiré de moi une espèce de Suisse. Je suis Romain dès que j’abonde en mon être historique, intellectuel et moral. Je suis Romain parce que si je ne l’étais pas, je n’aurais à peu près plus rien de français. Et je n’éprouve jamais de difficultés à me sentir ainsi Romain, les intérêts du catholicisme romain et ceux de la France se confondant presque toujours, ne se contredisant nulle part. Mais d’autres intérêts encore, plus généraux, sinon plus pressants, me font une loi de me sentir Romain. Je suis Romain dans la mesure où je me sens homme: animal qui construit des villes et des Etats, non vague rongeur de racines; animal social, et non carnassier solitaire; cet animal qui, voyageur ou sédentaire, excelle à capitaliser les acquisitions du passé et même à en déduire une loi rationnelle; non destructeur errant par hordes et nourri des vestiges de la ruine qu’il a créée. Je suis Romain par tout le positif de mon être, par tout ce qu’y joignirent le plaisir, le travail, la pensée, la mémoire, la raison, la science, les arts, la politique et la poésie des hommes vivants et réunis avant moi. Par ce trésor dont elle a reçu d’Athènes et transmis à notre Paris le dépôt, Rome signifie sans conteste la civilisation de l’humanité. Je suis Romain, je suis humain: deux propositions identiques. »

De Charles Maurras : « Barbares et Romains », L’Action Française 15/12/1906.

Je suis islamiste, je suis inhumain.

Telle en substance, la pensée islamiste qui se révèle dans cette profession de foi, totalement opposée à celle de l’ humain précitée, dans la mesure où l’on se distingue des bêtes.

Autumn Pasquale, assassinée pour une bicyclette. Un exemple  parmi tant d’autres, sur lequel on pleure des torrents de larmes non pas sur la victime, mais sur celle du coupable.
Ici, dans le New Jersey, une gamine de 12 ans étranglée par deux jeunes noirs  pour lui voler sa bicyclette. Le corps a été retrouvé dans une poubelle, la mère ayant dénoncé ses rejetons tout juste après la récompense de 10 000$ offerte par la police.

Dans l’article du Mail Online,  la plupart des commentaires font preuve d’une grande mansuétude pour la mère des deux assassins: elle peut garder  la tête haute.                                     (Merci Carine)

Plus loin, au Nigéria, aux cris de Allah akbar, 10 chrétiens sont égorgés. Sans que la bonne presse ne s’en émeuve outre mesure, trop occupée à discourir sur les imbéciles nécessaires Coppé-Fillon.

Ce sont dans ces moments là que l’on a envie de jouer autant les Bronson que les Breivik et punir les coupables et leurs complices, conscients ou non.

Un chef d’œuvre de ce nouvel humanisme:

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les droits de l'homme en islam.

  1. LHDDT 佐罗 dit :

    L’Islam au fil du rasoir .. on connait le truc 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *