Un 21 Janvier 1793

C’était la mort du Père. Hier, c’était celle de la Mère. Aujourd’hui, c’est celle des Enfants.

La famille est morte si l’on y prend garde:

Cachez cette famille que je ne saurais voir.

L’histoire s’est déroulée lundi matin, dans un collège du centre-ville de Metz : Une élève de 3ème vient en classe avec son sweat de « La Manif pour tous » qu’elle a acheté la veille.

Une de ses camarades de classe monte aussitôt  à l’étage de la Directrice pour la « dénoncer ».

Quelques instants plus tard, le Conseiller Principal d’Education, qui en a pourtant vu d’autres sur le dos des ados (têtes de mort, très fashion en ce moment, inscriptions sataniques, Lady Gaga dans toutes les postures…etc), fait irruption en plein cours et envoie l’accusée directement chez la directrice avec ordre d’enlever le vêtement incriminé ou de le cacher…

La jeune fille de 14 ans, du genre enfant sage, n’a toujours pas compris ce qui lui était arrivé.

Qu’y avait-il exactement sur ce sweat objet de scandale, à mettre sweat manif gris-rose- un papa, une maman, des enfantstoutes affaires cessantes hors de la vue des enfants  ? Un slogan homophobe ? Une insulte contre le gouvernement ? Pas du tout. Simplement quatre petits personnages se tenant la main : un papa, une maman et deux enfants.
Cachez cette famille que je ne saurais voir.

Peut-être est-il opportun de se souvenir des sorts tragiques de Louis XVI, de sa femme Marie Antoinette et de leur fils Louis XVII ? En ces temps de déliquescences autant morale que spirituelle, mais surtout politique, ne serait-ce pas le retour du roi la panacée que tous recherchent de mille et une manières ?

Le roi? Pourquoi pas 🙂

 

 

tristis memorias

 

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Un 21 Janvier 1793

  1. orfeenix dit :

    Vous m’ avez intriguée chez  » alphabeta » qui n’ est pas du tout bêta, d’ ailleurs, mais je comprends qu’ en effet, nous avons eu vraisemblablement la même nourrice. J’ ai aimé la France des mécènes, celles des talents et des vertus officiels dont on dénonce les malversations qui continuent de s’ exercer par les nouveaux rois de la république sans talent et sans vertu.

    • blh dit :

      « France, mère des arts, des armes et des lois,
      Tu m’as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
      Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
      Je remplis de ton nom les antres et les bois… »,
      chantait du Bellay.
      Las, il est pour le moins présomptueux d’en trouver quelques onces oz dans le sein de cette mère tant vénérée. Vous, que j’ai vu amoureuse de Baudelaire, vous devez sauter au plafond dès que l’on vous entreprend sur l’art. Cette manifestation moderne est à l’art ce que les effluves d’égout sont à la pureté de l’océan, les flatulences d’un peuple n’aspirant qu’à son entre-jambe.
      Les armes font sourire quelques-uns, mais pas trop ceux qui les portent en ce moment. Quant à nos lois, la XVII e chambre s’en occupe activement, aiguillée de vive force par Dame Taubira.
      Pas d’espoir alors ?
      SI . Bien qu’il soit assez maigre.
      Merci de votre visite.

  2. Carine dit :

    Nous sommes dans la civilisation de la délation.
    L’élève qui s’est précipitée pour dénoncer a été félicitée, j’espère.
    C’était un acte citoyen et solidairement durable, sans doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *