Un certain premier mai.

Salaud de Pétain, 

avais-je titré un article l’an dernier à cette époque. afin de rendre à César ce qui lui appartient. Fête du travail, fête des pères, celle des mères en 41… bref. J’invite donc le lecteur à cliquer ici pour y voir une belle fleur.

Sacha Guitry, un fameux pince sans rire, affirmait: Dieu aussi croit à la pub, il a même mis des cloches dans les églises. 🙂

Curieusement, on trouve cette paix sociale loin de chez nous, quelque part en Chine, où très peu de monde ne pense à manifester leur mécontentement.

Bien sur, c’est une dictature, donc, ça compte pas. Évidemment.

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Un certain premier mai.

  1. orfeenix dit :

    Il est très beau ce poème, j’ ai entendu l’ écho nostalgique de  » nous n’ irons plus au bois » en moins enfantin.Il est des moments ou toute coutume perd son charme un peu mièvre et en effet, l’ églantine, c’ est une fleur autrement plus élégante.

  2. LG dit :

    HS : alors, c’est quoi la différence entre une dynamo et une couille ?

  3. LHDDT 佐罗 dit :

    Pétain aurait inventé la fête des mères sauf erreur

    « Fête des mères – 8 mars
    En 1941 Pétain institue la fête des mères pour repeupler la France. Même si certains ou certaines confondent parfois, cela n’a rien à voir (…)
    8mars.info/fete-des-meres ».

    La natalité serait (à mon sens) un facteur de paix sociale. La natalité dégringole dans les pays riches, moins peuplés, les attentes ne sont plus nationales mais deviennent plus personnelles alors que les pays peuplés sont inévitablement plus « collectifs ».

    Bon, je ne vais pas vous en soumettre une thèse, mais l’idée est un peu là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *