Décadence, gaz et police politique.

Lue sur le net, cette évidence quelque peu triviale énoncée par des gamins devant une école communale :
« Un papa, des roustons, une maman, des nichons ! »

Jusqu’à preuves du contraire, et ceci depuis que la terre existe – du moins n’avons-nous pas d’autres traces – les enfants sont toujours le fruit créé par un homme et une femme et jamais par un homme et un  autre homme, ou une femme avec une autre femme. C’est comme ça, on n’y peut rien. Sauf, peut-être, quelques nouveaux docteurs Folamour ou Mabuse rêvent-ils de surpasser Frankenstein, ces Prométhées modernes, obéissant aux lois définies par un  constant progrès sans obstacle ni fin, pour créer l’Homme idéal. Toujours est-il qu’au travers les siècles précédents, la moindre étude sociale montre que la plus petite cellule de la société humaine, et dans une moindre mesure, animale, et quelles qu’en puissent être les origines, réside dans la famille, pour l’humain, la meute, le clan, pour l’animal.

L’individu, quel qu’il soit, meure s’il reste seul.

Le mariage a pu prendre des formes variées, tant du coté purement civil, que religieux. Mais l’essence même de ce mariage est la création d’un cadre social servant au développement de la famille, dont le fondement repose sur la procréation, et non pas pour officialiser l’union de deux êtres qui s’aiment ( s’ils s’aiment, c’en est que mieux, évidemment ) :
Selon l’article 16 de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 :
« 1. À partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.
2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux.
Bien entendu, les divers progrès de l’humanité aidant, cette union s’est assez vite dotée d’accommodements au gré de quelques minorités des plus agissantes, à tel point que l’on peut sans hésitation aucune les nommer ainsi: lobbie LGBT.
Si la première rupture fut le divorce que l’on peut encore justifier sans trop de difficulté, il n’en n’est pas de même des impératifs prônés par ces messieurs-dames.
Lire ici la liste noire de toutes les lois anti-famille votées ou initiées par la droite ou par la gauche depuis 1975.
Du mariage pour tous, plus exactement, du mariage entre personnes du même sexe, certains haussent de nouveau le ton concernant la pédophilie, l’inceste, la location des ventres, la zoophilie, l’euthanasie, j’en passe, qui confine à de nouvelles ruptures parachevant les volontés de nos chers frères FM ∴ , dissoudre la société pour la reconstruire selon leurs vœux…
La décadence est en bonne voie, et ce grâce non seulement à la plupart de nos édiles dont le seul soucis est leur réélection – c’est leur gagne-pain – empruntés qu’ils sont à ne pas déplaire à cette pensée unique qui les guide régulièrement, mais aussi par le peuple, devenu sous le joug de quelques autres lobbies, populace, dont les impératifs ne dépassent pas un mercantilisme dument engendré, répertorié, et reconduit à l’extrême par les grands de ce monde dont les outils sont multiformes. ( lire Freud, Bernays, et pour se mettre en forme ici un assez long résumé).

On se croirait du temps de la Rome finissante, reprise en main par les Légions qui ont remplacé les sénateurs corrompus et viciés, mais qui se sont mis au gout du jour :

A nous dix, nous prîmes la ville;
– Et le roi lui-même! – Après quoi
Maîtres du port, maîtres de l’île,
Ne sachant qu’en faire ma foi,
D’une manière très civile,
Nous rendîmes la ville au roi.

Il semblerait cependant, à lire les revendications de certaines communautés, que le brave Hugo n’eut point tout à fait raison dans ses visions de bons guerriers réalistes, bien que sa dernière pensée soit à ce jour bien opportune.

Ces consommateurs, qui consomment et qui matent, n’ont que peu, voire très peu, de réactions, devant les évènements de la vie courante,  sinon le maître mot employé à toutes les sauces, autant par les uns que par les autres, l’emploi. Quant aux problèmes internationaux, inutile d’en discuter, le formatage a fait son œuvre et c’est la télé qui vous répondra. Peu importe laquelle.
Cette union contre nature s’est donc déroulée il y a peu, le 29 Mai 2013 à Montpellier, célébrée sous les trémolos de Mme Hélène Mandroux, ci-devant maire PS de la ville, et sous les flashs de 150 journalistes-photographes venus de la planète entière, sans oublier bien sur, les 200 CRS, aidés par une brigade canine, priés gentiment de gazer les méchants voyous-homophobes-racistes-antisémites…j’en passe là aussi, de la manif pour tous et du printemps de Prague, pardon de Paris. Union suivie de deux pacsées ayant déjà des enfants obtenus par insémination artificelle en Espagne et en Belgique; les pères ? Aucun intérêt.
S’il avait existé un concours pour le plus consensuel  des articles sur ces deux « gays » qui se roulent des galoches sous les hurrah de la  » foule « , il y aurait quantité de prétendants à la première place. Et sans dopage.

Le prochain « mariage » aura lieu très probablement à Pontigny, dans l’Yonne, le 15 Juin.

à suivre.

Ce contenu a été publié dans Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Décadence, gaz et police politique.

  1. LG dit :

    le 29 mai, tiens, tiens, sous le signe androygne des gémeaux, intéressant !

  2. Chris dit :

    Non …il y en déjà eu un autre , célébré par un ministre en personne …je ne sais plus où , j’ ai perdu l’ article … et certainement bien d’ autres encore mais on ne nous le dit pas …
    Le problème n’est meme plus cette pantomime de mariage ..le vrai problème , c’est la dictature !!!!

  3. Carine dit :

    Alors que s’est-il passé ce soir, mardi soir, blh ?
    Elle a eu lieu, la manif devant l’AN ?

    • blh dit :

      « Lundi soir, décidée vendredi, interdite par la préfecture de police, changée de lieu in extremis, une nouvelle mobilisation de la Manif pour tous a déplacé une nouvelle fois plusieurs milliers de personnes qui se sont retrouvées avenue de Ségur, à Paris, pour dénoncer l’enseignement du « genre » à l’école. »

  4. Alain dit :

    Mitterrand a été élu par sa promesse de retraite à 60 ans qui n’a tenu que le temps de ses mandats. Hollande a voulu lui aussi marquer son mandat en imposant cette loi contre nature. Il est ainsi de notre démocratie où la largeur du râteau électoral est plus important que les réels besoins de la population.

    Il faut également souligner que cette loi a grandement bénéficié de l’affaiblissement des religions chrétiennes qui ont été incapables de s’adapter au monde moderne. Moins il y aura de fidèles dans les églises et plus ce genre de textes seront nombreux faute de réelle opposition.

    Le choix actuel ne se résumé pas à être pour ou contre telle disposition, mais à celui d’une société dans son ensemble. Un bon exemple est la société chinoise qui en quelques années à rattrapé son retard dans les domaines de l’insécurité, de la sexualité totalement débridée et des arnaques en tous genres. Quel que soit le modèle politique, un troupeau de moutons a besoin d’un berger. Cette vocation se fait rare et donne le résultat attendu.

    • blh dit :

      C’est bien là le problème, trouver un bon berger qui se fiche du comptage de voix et s’occupe du peuple, des peuples qui composent la France. J’en connais un, mais, ce n’est pas encore le moment.

  5. orfeenix dit :

    je n’ aurais jamais cru qu’ un jour j’ aurais la nostalgie des mariages d’ antan tels que Brassens aurait dû les chanter, avec le bouquet, la jarretière et l’ oncle saoul qui montre son derrière.

  6. LHDDT 佐罗 dit :

    Il est déposé ce slogan ?

  7. Hanoho dit :

    salut !

    Scientifiquement, on nait tous d’un gamète femelle et d’un gamète mâle… la méthode d’insémination est une affaire de goût. On peut préférer la méthode naturelle (ce qui est mon cas !) d’autres n’ont pas de scrupules à réduire la procréation à une simple technique biologique… ce qui n’avait pas échappé à Huxley. Et puis, il reste encore à aborder le thème du clonage ou pire des chimères…
    http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm07_028.htm

    Bref, on n’a pas fini dans la descente aux enfers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *