Addenda de "Nelson Mandela", du 06/12

La taupe du KGB

 

De Bernard Lugan, le 21 Déc.

Un communiqué du SACP (South African Communist Party) en date du 6 décembre 2013 nous apprend officiellement ce dont l’on se doutait, mais qui n’avait jamais été réellement établi, à savoir que le « camarade Nelson Mandela » était un haut dirigeant communiste puisqu’il « (…) ne faisait pas seulement partie du SACP, mais également de son Comité central ».

Pourquoi a-t-il toujours démenti, tant oralement que par écrit, avoir été membre du SACP ? Pourquoi donc a-t-il menti ?

Un retour en arrière s’impose. En 1960, quand Nelson Mandela fut nommé-coopté au Comité central du SACP, le monde était en pleine « guerre froide » et les soviétiques avaient décidé de menacer la route du Cap, vitale pour ce qui était alors l’ « Occident », en déstabilisant le pays qui en était le gardien, à savoir l’Afrique du Sud. Pour l’URSS, la lutte contre l’apartheid fut le moyen de populariser cette stratégie en lui donnant un « habillage » moral. La mission que le KGB confia alors à Nelson Mandela, fut de prendre le contrôle de l’ANC au profit du SACP en évinçant la vieille garde réformiste et non-violente qui le contrôlait, afin de lui faire adopter  la lutte armée.

Aidé par Yossef Mashel Slovo, dit Joe Slovo, un officier supérieur du KGB, Nelson Mandela s’acquitta parfaitement de ces deux missions. Il réussit ainsi à imposer la création de l’Umkhonto we Sizwe, l’aile militaire et terroriste de l’ANC dont il fut le premier chef. Il transforma également l’ANC en une simple courroie de transmission du SACP. En 1989, sur les 30 membres de son comité directeur, quatre ou cinq revendiquaient ainsi officiellement leur appartenance au SACP cependant que plus d’une vingtaine étaient des membres clandestins du parti ayant reçu l’ordre de cacher leur appartenance afin de ne pas effaroucher les « compagnons de route » et les « idiots utiles ».

Le SACP a donc brisé un secret jusque là bien gardé et cela, au risque d’écorner le mythe Mandela. Pourquoi ?

La réponse est d’une grande simplicité : le SACP est politiquement en perdition car il est perçu par les Noirs comme un parti archaïque « blanc » et « indien ». Or, depuis 1994, la vie politique sud-africaine repose sur un partage du pouvoir, donc des postes et des prébendes, entre l’ANC, le syndicat Cosatu et le SACP. Il s’agit de l’Alliance tripartite. Cette rente de situation est aujourd’hui fortement contestée par de nouvelles forces politiques noires demandant que les « dépouilles opimes » étatiques soient repartagées à la lumière de la véritable représentativité des uns et des autres. Afin de tenter de conserver sa place au sein de l’Alliance tripartite, le SACP à bout de souffle a donc révélé que le « grand homme » était un de ses dirigeants…

Ce misérable calcul boutiquier aura du moins un grand avantage car il permettra peut-être d’ouvrir les yeux à ceux qui pleurent un Nelson Mandela pacificateur-rédempteur alors qu’il était en réalité un agent du KGB, une « taupe communiste » dans le vocabulaire de la « guerre froide »…

Je souhaite donc un  bon réveil après l’hypnose à ceux qui ont cru voir en lui le messie d’une nouvelle religion universelle[1].

Bernard Lugan
21/12/13

[1] Cette question sera développée dans le numéro de janvier 2014 de l’Afrique réelle que les abonnés à jour d’abonnement recevront vers le 5 janvier.

===

Les tenants de cette nouvelle religion universelle ont une telle mémoire courte qu’ils ne se souviennent plus de la sympathie que leur témoignait le charmant Ilitch Oulianov :  » Des imbéciles nécessaires » .  Sans crainte,  on peut préciser :  » Des cons dangereux »

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Addenda de "Nelson Mandela", du 06/12

  1. ALBIE Aalain dit :

    Oui, peut-être, et alors ?

    Dans les pays où l’on vote et dans les autres, les populations ont toujours eu besoin de croire en un guide. L’homme a fait dieu à son image (et non le contraire), le Daila-Lama entretenait des points étroits avec la CIA, etc …

    Ensuite, le communisme n’est pas plus une maladie que la capitalisme. Que demandent actuellement les populations dont en particulier celle française ? Plus d’état, plus d’aides et pour résumer un état omniprésent.

    Le défaut de ce genre d’articles est de vouloir démonter une personne parce qu’elle ne correspond pas au concept de l’auteur. Ce qui serait plus crédible serait que ces mêmes personnes nous donnent le résultat honnête de leurs recherches sur leur « famille politique » puisqu’en principe ils la connaissent mieux.

    Mon « guide  » est le meilleur, les autres sont pourris a été des siècles le slogan de la religion catholique. Rien de nouveau donc à l’horizon chez des personnes à la vision très limitée. Ce démontage en règle n’est pas sans me rappeler celui qui a longtemps été associé à la Chine. Cela a-t-il changé quoi que ce soit ? Rien !

    • blh dit :

      Lugan ne cherche pas à démonter Mandela en tant qu’homme , mais en tant que « chef » de parti puis d’état qui a trafiqué avec tout le monde, juif, oss, kgb… et même avec ses propres troupes pour asseoir sa volonté de d’africaniser l’AFS, et donc, par voie de conséquence, la disparition des blancs, les afrikaners…sauf quelques-uns qui, eux, avaient d’énormes potentiels, l’argent des mines. Vouloir passer pour un saint libérateur aux yeux de l’opinion publique alors que son peuple demeurait de plus en plus affamé, et qui le demeure, mais pas lui et quelques-uns de ses comparses, n’est pas très respectable. Un Lénine, un Staline, un Mao, un Pol pot on toujours montré ce qu’il voulaient- installer, le communisme pur et dur. Et je ne pense pas que ni les Russes, ni les Chinois, ni les Cambodgiens regrettent véritablement ces années de plomb. Seul, Mao s’en est assez bien tiré, malgré sa déplorable femme, et a su apporter des véritables réformes. On en connaît les résultats aujourd’hui, bien que ce communisme, mâtiné de capitalisme, soit toujours en vigueur.
      Quant à ce formatage qui nous aveuglerait, il est bon de relativiser quelque peu. Si la chrétienté fut un grand support au politique depuis l’époque romaine, , il n’en demeure pas moins que les églises passaient très souvent au second plan dans l’organisation de la Nation Française, bien qu’il y eut pas mal d’erreurs. Cette étroitesse d’esprit que tu signales, à bon droit, est issue des Lumières, où leurs laudateurs voulaient déjà remplacer les diverses sociétés existences par une nouvelle idéologie la plus pernicieuse qui soir, le culte de l’individu-roi. Tu peux voir les attaques que subissent nos familles, entre autres. actuellement.

      Bonne fête de ce solstice d’hiver, espérant qu’il t »apporte ainsi qu’à ta petite famille, joies et prospérité.

      A bientôt de te lire.

  2. orfeenix dit :

    Merci pour cet article cher Blh qui tranche sur l’ opinion publique qui divinise l’ homme et fabrique de toutes pièces les héros et les salauds qui la flattent, excellentes fêtes à toi et aux tiens, je t’ apprécie beaucoup, tu le sais.

    Isabelle.

  3. carine005 dit :

    Joyeux Noël à toi, tes proches et tes amis, cher blh !

  4. blh dit :

    A tous, bonnes fêtes de fin d’année, sans trop penser à celle qui nous attend.

  5. ALBIE Aalain dit :

    Joyeux Noël (et non vacances d’hiver comme veut le renommer connard 1er).

    Mon commentaire se voulait généraliste en ne ciblant pas plus Mao que Mandela, les « héros » étant généralement les pires représentants de la ligne idéologique dont ils tirent l’essentiel des bénéfices.

    Le problème est ce besoin pour l’être humain de se ranger derrière une tête d’affiche qui est censée agir et penser pour elle. Pas plus que Hollande, une Lepen ne mettrait en application 1/10 ème d’arguments avant tout électoralistes.

    C’est à chacun de se prendre en charge et non de se reposer sur une planche pourrie par des années de compromission pour arriver au pouvoir.

    Le jour où les individus auront seulement confiance en eux-mêmes, la fin sera proche pour cette « crasse » politique. Quand ce jour arrivera-t-il ? Jamais et encore moins que jamais dans une démocratie où la voix du peuple se limite à deux jours tous les 5 ans.

    Bonnes fêtes à tous.

  6. LHDDT 佐罗t dit :

    Allah bonne année à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *