Un certain 1er Novembre

À Bagnolet, on ose fêter le « soulèvement du peuple algérien » !

De M. Manuel Gomez :

Le 1er novembre 1954, le peuple algérien se soulève.

À l’initiative de la Bourse du Travail, Bagnolet « fête » ce soulèvement et commémore ainsi l’insurrection du peuple algérien en compagnie des « Amis de l’Humanité » et des PCF, PG, PRG, PS, CGT, etc.

Ceux qui sont morts ce 1er novembre 1954, assassinés par les terroristes du FLN, remercient Bagnolet et sa municipalité à titre posthume :

– le jeune instituteur Guy Monnerot (sa femme grièvement blessée survivra) ;
– le caïd de M’Chounèche, Ben Hadj Saddok ;
– Laurent François, 22 ans, à peine libéré du service militaire ;
– lieutenant Darnault plus deux spahis à Kenchela ;
– le garde forestier François Braun près de Saint-Denis-du-Sig ;
– le brigadier-chef Eugène Cohet ;
– le soldat Pierre Audat, du 9e régiment des chasseurs d’Afrique ;
– le policier Hamed Harouk de Draâ-el-Mizan.

La suite ici

Pour rappel.

===

Poseurs de bombes,  et porteurs de valises, – le célèbre activiste anticolonialiste communiste Henri Curiel assassiné en 1978, en faisait partie -, dont les résultats sont édifiants : Selon Louis Joxe, le terrorisme du FLN a causé dans la population civile 19 166 tués (dont 2 788 Européens et 16 378 musulmans) et 21 151 blessés (dont 7 541 Européens et 13 610 musulmans). Le nombre de disparus civils s’élève à 13 296 musulmans et 371 Européens jusqu’au 19 mars 1962, la plupart furent amnistiés par de Gaulle suite aux accords d’Evian, voire nommés à de hautes fonctions…

Par contre, le Colonel Jean Bastien-Thiry fut, lui, fusillé alors qu’il n’avait tué personne.

 

 

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *